Financer ses travaux d’économie d’énergie

Ce comparateur de credit travaux vous permet de comparer de nombreuses offres de pret en quelques minutes afin d'être sûr de trouver le meilleur taux.



Depuis l’annonce de la hausse des tarifs de GDF Suez de 9,7%, les propriétaires qui envisageaient de réaliser des travaux dans le but de réduire leurs dépenses énergétiques passent à l’action.
À cela s’ajoute les beaux jours qui arrivent et qui rendent la période propice aux travaux d’amélioration de sa résidence.
Voici un retour sur les prêts et sur les aides auxquelles vous pouvez prétendre pour la réalisation de vos travaux en faveur du développement durable.

 

Des dépenses énergétiques élevées

Comme le soulignait François Fillon le 14 Avril 2010, « en quelques années, la part des dépenses d’énergie dans le logement est passée de 10 à 15%. La facture annuelle de chauffage représente environ 900 euros en moyenne par ménage, avec des disparités considérables selon la performance énergétique du logement. Ça peut aller de 2 000 euros pour une maison relativement mal isolée, à 250 euros pour une maison à basse consommation ».
Ainsi, il n’est pas négligeable d’améliorer son habitat dans le but de réaliser des économies. D’autant plus que le gouvernement encourage la rénovation avec des mesures en faveur des initiatives éco-responsables

Prêts et aides en faveur des travaux en économie d’énergie

L’éco-prêt

Ainsi vous pouvez envisager pour vos travaux d’économie d’énergie de faire une demande d’éco-prêt ; à ne pas confondre avec l’éco-prêt à taux zéro.
Il s’agit d’un prêt travaux accordé par les organismes financiers à des taux de l’ordre de 3.5 à 4%, plus avantageux que les prêts travaux traditionnels de l’ordre de 6 à 8%. Il permet de financer les travaux d’économie d’énergie de votre habitat et est cumulable avec d’autres subventions, avec le crédit d’impôt et l’éco-prêt à taux zéro.

L’éco-prêt à taux zéro

L’éco-prêt à taux zéro est un crédit travaux qui permet la réalisation de travaux plus conséquents que le simple éco-prêt et doit prévoir l’accomplissement d’au moins deux types de travaux d’améliorations dans les catégories suivantes : isolation thermique des toitures, isolation thermique des murs donnant sur l’extérieur, isolation des parois vitrées et des portes donnant sur l’extérieur. Mais aussi les travaux d’installation, de régulation ou de remplacement de systèmes de chauffage ou de production d’eau chaude sanitaire performants, l’installation d’un chauffage ou d’un chauffe-eau utilisant une source d’énergie renouvelable. L’éco-prêt travaux à taux zéro peut atteindre 30 000 euros.

Le crédit d’impôt développement durable

Quant au crédit d’impôt développement durable, cumulable avec l’éco-prêt et l’éco-prêt à taux zéro (mais dans ce cas, le revenu fiscal de référence doit être inférieur à 45 000 euros) ; il s’applique pour les achats de matériaux destinés à réduire les dépenses énergétiques dans le cadre de l’isolation, de la régulation thermique ou encore d’énergies renouvelables. Il peut donc être propice à l’acquisition d’une chaudière à condensation, de matériaux d’isolation thermique, d’appareils de régulation de chauffage, d’équipements de récupération et de traitement des eaux fluviales…
Il peut également englober le coût de réalisation d’un diagnostic de performance énergétique. Son montant varie selon la nature des achats, entre 25 et 50% de leurs prix. Pour l’équipement d’un système solaire de chauffe-eau ou de chauffage par exemple, le montant du crédit d’impôt s’élève à 50% de celui-ci.

Les subventions de l’Anah

L’Anah subventionne également les travaux en faveur du développement durable. Sa participation s’élève entre 20 et 35% du montant des travaux dans la limite de 13 000 euros. En contrepartie, les bénéficiaires s’engagent à habiter leur résidence principale pendant six ans après l’achèvement des travaux.

Après cet état des lieux des aides accordées en faveur des travaux de réduction d’énergie, encore reste-t-il à définir la nature des travaux à financer afin de choisir les soutiens financiers qui correspondent à votre projet. Si vous trouvez que celui-ci n’est pas assez finalisé, vous pouvez toujours demander un diagnostic de performance énergétique, lui-même concerné par le crédit d’impôt depuis 2009, qui vous permettra de connaître votre quantité d’énergie consommée et vous proposera des recommandations quant aux réalisations que vous pourrez effectuer pour économiser de l’énergie et donc réaliser des économies sur votre budget.

About the Author

admin

View Posts →